Atelier du 06/06/2008 : Sur le « Sujet »

Posté par Atelier Clinique le 11 juin 2008

 À propos du « sujet lacanien » 

Au cours de cette soirée a été abordée la question du sujet sous différentes facettes.

Il s’agissait pour une étudiante d’interroger une situation clinique à propos de la rencontre avec une jeune fille sujette à des passages à l’acte violents et répétés. Celle-ci étant hospitalisée suite à une récente bagarre aurait fait part de sa terreur de subir les menaces proférées contres elle d’être l’objet d’une « tournante ».

Ici, la question de notre stagiaire était de savoir s’il lui été possible de « re-subjectiver » cette jeune fille pour laquelle rien de son comportement ne semblait véritablement faire l’objet d’interrogation.

Cette idée de « re-subjectivation » a donc donné lieu à de nombreuses tentatives de clarification du concept de sujet chez Lacan.

En effet, après avoir rappelé qu’une de ses définitions  « ce qui est représenté par un signifiant pour un autre signifiant », et après avoir réintroduit la distinction très tôt établie dans son enseignement entre le sujet et le moi (cf. Schéma L), nous avons pu extraire la position du sujet comme n’étant pas à confondre avec la notion plus imaginaire d’individu.

Le discours du maître a été utilisé pour situer la position du sujet en deçà de la barre du S1 comme signifiant maître auprès d’un S2 comme signifiant du savoir interprétant le signifiant 1er.

C’est dans cet espace situé entre les signifiants, c’est-à-dire un espace interstitiel, et dans un temps fugitif puisqu’il s’agit du moment de retour de la signification du S2 sur le S1, que se trouve localisée la place d’un sujet lacanien.

Ici, rien à voir avec une sorte de permanence immanente et immuable dont la vocation aurait d’identifier la notion de sujet à celle de pur individu.

Le sujet (voir le concept de shifter), pour autant qu’il se faufile entre les signifiants et que parfois il en chute à travers les manifestations de l’inconscient, ne saurait jamais être attendu à la même place et ne saurait être prédit voire estimé ou encore moins quantifié.

De ce point de vue, en réponse à la question de la « re-subjectivation » qui avait été posée, nous avons pris l’initiative d’indiquer qu’on ne « re-subjective » pas plus quelqu’un qu’on ne démocratise un pays.

La position subjective implique de facto une forme de responsabilité de la jouissance que le clinicien a parfois la lourde tâche d’accueillir.

Nous ne pouvons pas faire autrement que de faire le pari du sujet à chaque fois mais ne devons jamais nous prendre au leurre de croire être en mesure de « re-subjectiver » quelqu’un.

Sur ce point il a d’ailleurs fallu préciser que l’expression « subjectiver quelqu’un » ne pouvait avoir d’autre fondement qu’une incompréhension radicale du sujet chez Lacan. En effet, on ne subjective pas plus quelqu’un qu’on objective quelque chose.

Cette formule a été utilisée pour indiquer que l’expression « subjectiver » ne pouvait s’appliquer qu’à un point, un évènement, etc…du discours du patient et non pas au patient lui-même.

Une autre question a nécessité de mettre en avant la formule freudienne « Wo es war, soll ich werden » retraduite par Lacan (là où c’était, je dois advenir) et permettant de mettre en correspondance le Es Freudien avec le S du sujet lacanien.

Au cours  de cet atelier, l’accent n’a toutefois à mon sens pas été suffisamment mis sur la dimension de division du sujet et cela mériterait donc que les participants se penchent sur certains textes de référence (voir biblio).

Bibliographie : 

            Cf. Jacques Lacan, Les Ecrits :

-          Le séminaire sur la lettre volée (pour le schéma L) ;

-          Fonction et champ de la parole et du langage ;

-          Subversion du sujet et dialectique du désir ;

-          La chose freudienne (L’ordre de la Chose → pour le commentaire du wo es war, soll ich werden).  

                                                                                                                                   

 

Pour l’Atelier Clinique

Stéphane Lagana

 

Laisser un commentaire

 

hhrmo |
Pourquoi boycotter le Danem... |
ronni |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LOISIRS ET ACTUALITES
| Modifier l'approche politiq...
| stadedijonfootball